Le guide complet sur la piscine naturelle

Le guide complet sur la piscine naturelle

La piscine naturelle se présente aujourd’hui comme une alternative aux espaces de baignade traditionnels. Ce concept écologique s’appuie sur la création d’un écosystème naturel pour assurer l’épuration et le traitement de l’eau. Ce guide vous propose de vous immerger dans ce nouvel univers de baignade. Vous y découvrirez comment fonctionne une piscine naturelle, quels sont ses avantages et comment en aménager une dans votre jardin. 

Une piscine naturelle c’est quoi ?

La piscine naturelle peut être vue comme un espace de baignade qui s'entretient sans produit chimique. Or, n’est-ce pas le cas des piscines au sel ? Ces dernières peuvent-elles être vues comme des piscines naturelles ?
Cela n’est pas le cas, pour une raison toute simple, l’eau ne doit pas être stérilisée. De plus, les piscines naturelles doivent être autonettoyantes. En effet, l’épuration des eaux s'effectue naturellement grâce à des phénomènes biologiques. Cela est possible du fait de leur aménagement ainsi qu’à la présence d’une faune et d’une flore diversifiée.
La piscine naturelle se situe ainsi à mi-chemin entre la piscine classique et l’étang de jardin, d’où son surnom d’étang de baignade. Elle permet de recréer cette sensation de nager dans un milieu naturel, sans quitter son jardin.

Caractéristiques d’une piscine naturelle

Une piscine naturelle se compose de deux ou trois zones bien distinctes. Ces dernières doivent communiquer entre elles afin d’assurer l’épuration de l’eau.
La zone principale correspond à la zone de baignade. Comme son nom l’indique, cet espace est dédié à vos séances de natation. Bien qu’il s’agisse de la zone la plus profonde de votre bassin naturel, elle n’occupe que le tiers de la superficie totale de la piscine.
La zone de régénération ou de lagunage accueille toutes les plantes qui vont assainir l’eau de votre piscine. Cela crée un écosystème naturel qui aura la charge d’épurer et de désinfecter l’eau de baignade. La zone de lagunage peut également avoir une vocation décorative.
La troisième zone correspond à la zone d’oxygénation. Bien qu’elle soit facultative, elle complète l’action de la zone de lagunage afin d’assurer l’hygiène de votre piscine naturelle. La zone d’oxygénation se présente sous forme de cascade qui oxygène l’eau et l’expose aux UV du soleil.

Fonctionnement d’une piscine naturelle

Les piscines naturelles n’ont besoin ni de filtration ni de traitement chimiques des eaux. Il n’est pas nécessaire de stériliser l’eau, puisque les micro-organismes jouent un rôle essentiel dans la purification de l’eau de baignade.
La purification de l’eau s’effectue dans la zone de lagunage. Il est donc nécessaire de se servir d’une pompe afin d’y acheminer l’eau souillée provenant de la zone de baignade. Une fois purifiée, l’eau s’écoule vers le bassin de nage par gravité.
Les roches, les racines des plantes et certains micro-organismes évoluant dans la lagune agissent comme des filtres et retiennent les particules polluantes. Les bactéries se chargent ensuite de les décomposer afin de les transformer en nourritures pour les plantes aquatiques.
Afin que la filtration et l’épuration soit efficace, l’eau doit effectuer ce trajet environ deux fois par jour.

Avantage et inconvénients d’une piscine naturelle

Les piscines naturelles présentent de nombreux atouts. L’absence de chlore et de produits chimiques permet notamment d’avoir une eau plus saine qui respecte tout autant l’environnement que les baigneurs. Cette eau n’irrite ni les yeux, ni la peau ni les muqueuses.
La piscine naturelle est également un atout décoratif dans le jardin. Elle crée un environnement naturel qui se fond discrètement dans le paysage. Sans oublier que les plantes aquatiques apportent de la couleur et de la gaieté dans le jardin.
Enfin, les piscines naturelles sont relativement faciles à entretenir et sont économiques en eau. L’écosystème naturel se charge de purifier l’eau de baignade. Vous n’avez donc rien à faire pour purifier votre espace de baignade. De plus, cela peut surprendre, mais la qualité de l’eau s’améliore au fil des ans.
Les piscines naturelles souffrent toutefois de quelques défauts. Il faut notamment savoir que ces espaces de baignade occupent une place importante dans le jardin. De plus, ils sont assez chers à construire.
De plus, si l’eau de baignade peut être chauffée, elle ne doit pas dépasser un seuil de 25 °C. En effet, une eau trop chaude va perturber l’équilibre biologique de la piscine, et donc l’efficacité de la filtration et de l’épuration.

Comment aménager une piscine naturelle ?

Un projet de piscine naturelle ne s’improvise pas. Le processus reste néanmoins similaire à la création d’une piscine enterrée classique. En effet, il faudra procéder à des travaux de terrassement et d’excavation pour créer les zones de baignade et de lagunage.
Cependant, certains paramètres doivent être pris en considération avant de procéder aux travaux. Cela est notamment le cas de la dimension de l’espace de baignade, son emplacement ainsi que l’écosystème à créer.

Les dimensions de la piscine

Du fait de ses caractéristiques, une piscine naturelle occupe beaucoup d’espace, jusqu’à deux fois plus qu’une piscine classique. En effet, pour que l’épuration et la filtration soient optimales, la zone de lagunage doit occuper une superficie au moins égale à celle de la zone de baignade.
De ce fait, ces bassins de nage peuvent difficilement trouver une place dans un petit jardin. En effet, il faut au moins 80 m2 de jardin pour créer sa piscine naturelle. 40 m2 sera dédié à la baignade et 40 m2 au lagon.

L’emplacement idéal

Afin de choisir le bon emplacement pour sa piscine naturelle, il faut prendre en considération son ensoleillement. En effet, le soleil est indispensable au développement des plantes qui évoluent dans la zone de lagunage.
Le soleil est également le seul moyen conseillé pour chauffer une piscine naturelle. De ce fait, si le bassin de nage est trop à l’ombre, vous ne profiterez pas d’une eau suffisamment chaude lors de vos séances de natation.
Attention toutefois à l’excès de soleil. En effet, s’il alimente les plantes, il contribue également à favoriser la prolifération des algues et des bactéries. Il faut donc choisir un emplacement semi-ombragé pour éviter la surchauffe de l’eau et la prolifération de micro-organismes indésirables.

Créer un écosystème naturel

L’écosystème de la zone de lagunage joue un rôle crucial dans le bon fonctionnement de la filtration. Il faut ainsi choisir avec soin les plantes ainsi que la faune qui vont évoluer dans votre espace de baignade écologique.
Il faut notamment installer trois types de plante dans votre lagon :
  • Des plantes flottantes : cela est le cas des nénuphars, qui apportent un peu d’ombrage au plan d’eau pour protéger les micro-organismes.
  • Des plantes oxygénantes : ils absorbent les nitrates et les phosphates et contribuent ainsi à prévenir le développement des algues.
  • Des plantes épuratives : ces végétaux agissent en symbiose avec certaines bactéries pour éliminer les déchets organiques ainsi que les molécules nuisibles se trouvant dans l’eau.
La faune est tout aussi importante que la flore dans l’épuration de l’eau. Une fois les plantes installées, de petits animaux vont venir coloniser progressivement le lagon.
  • Les puces d’eau : ce crustacé microscopique consomment les algues microscopiques et régulent le cycle de nitrate et de phosphate. Ils servent également de réserve de nourriture pour de nombreux animaux aquatiques.
  • Insectes et les petits vertébrés : ces animaux se nourrissent les uns des autres. Ils contribuent également au brassage de l’eau.
Attention, les poissons sont déconseillés dans une piscine naturelle. Ils encouragent la venue d’oiseaux qui peuvent endommager le revêtement du bassin. De plus, leurs excréments favorisent le développement des algues et des bactéries.

Construction d’une piscine naturelle

Une fois l’emplacement choisi, il faut procéder à des travaux de terrassement et d’excavation. Le but est de créer une zone de baignade et de lagunage. La zone de baignade peut avoir une profondeur assez importante. Toutefois, la profondeur de la zone de lagunage ne doit pas dépasser les 50 cm.
Il faut ensuite poser une membrane d’étanchéité. Cette géomembrane peut être en EPDM ou en polypropylène. Ces matériaux ont l’avantage de résister aux UV et n’ont aucun impact négatif sur la faune et la flore.
Par la suite, il faut créer un mur de pierre tout autour des parois de la piscine. Le but est ici d’éviter que les gerbes de votre piscine naturelle ne s’effondrent. Il faut également installer les plantes ainsi que de la roche de lave dans la zone de lagunage. Ces derniers joueront le rôle de filtre.
Enfin, il ne vous reste plus qu’à remplir votre piscine naturelle d’eau. Pour y parvenir, il peut être utile d’utiliser un système de récupération d’eau de pluie.

Quel est le prix d’une piscine naturelle ?

La construction d’une piscine naturelle est un projet relativement cher. En effet, si vous passez par un professionnel, vous devrez prévoir un budget d’environ 500 à 600 € le m2.
Il est tout à fait possible de procéder soi-même à la construction d’une piscine naturelle, sans passer par un professionnel. Cela ne demande que quelques compétences en bricolage. Dans ce cas , la facture va sensiblement baisser. Elle oscille entre 100 et 200 € le m2.
Nos derniers articles et guides piscine
  • Guide traitement piscine

    L’entretien du liner d’une piscine Gre Pool ne doit pas être négligé. En effet, cette étape est indispensable pour préserver la durée de vie de son matériel, mais aussi garantir la qualité de l’eau. Il est donc nécessaire d’adopter les bonnes habitudes afin d’éviter une dégradation accélérée du liner de sa piscine.

  • Guide piscine hors-sol

    Avoir une piscine privée dans le jardin est un rêve pour beaucoup de personnes. Et pourtant, peu osent sauter le pas. Cela est notamment dû aux nombreuses idées reçues dont souffre ces espaces de baignade. Pourtant, avoir un espace de baignade privatif dans le jardin augmente la valeur du patrimoine immobilier. Cela permet aussi de créer un espace de vie qui fera le bonheur des petits comme des grands. Vous souhaitez en savoir plus ? Découvrez tout ce qu’il faut connaître avant de construire une piscine privée.

  • Guide piscine hors-sol

    La piscine ronde est un modèle très apprécié des consommateurs. Très pratiques et agréables à regarder, ces bassins de nage trouvent facilement une place dans tous les jardins. Il existe néanmoins une grande variété de modèles de piscines de forme arrondie. Comment choisir celui qui vous convient le mieux ? Découvrez dans ce guide les différentes variétés d’espaces de baignade arrondies, leurs avantages et inconvénients ainsi que les critères de choix.

  • Guide piscine hors-sol

    La construction d’un bassin hors-sol est une solution très simple pour embellir son jardin ou sa terrasse. Cela permet aussi de profiter d’un espace de fraîcheur et de détente pour oublier ses tracas. Ces pièces d’eau peuvent néanmoins prendre différentes configuration. Il est donc important de bien préparer son projet, afin d’éviter les mauvaises surprises. Voici quelques conseils qui vont vous aider à aménager un bassin d’ornementation hors-sol dans un espace extérieur.

  • Guide piscine hors-sol

    La piscine en bois connaît un succès grandissant auprès du public. Cela n’a rien de surprenant puisque ces bassins de nage sont peu chers, élégants et intègrent aisément tout type d’environnement. De plus, il existe une grande variété de modèles, et ces espaces de baignade peuvent être installés hors-sol ou être enterrés.

  • Guide piscine hors-sol

    Quoi de mieux qu’une piscine pour profiter des plaisirs de l’eau dans son jardin ? Pourtant, choisir le modèle idéal est loin d’être simple. En effet, ces bassins se déclinent sous différentes gammes, qui présentent chacun ses propres avantages et inconvénients. Il est donc important de prendre cela en compte avant d’entreprendre des travaux de construction.